•  

    Située dans l'aire urbaine de Clermont-Ferrand, la commune de Saint-Saturnin est située à 15 km au sud de Clermont-Ferrand, dans la vallée de la rivière la Monnequi, plus bas, se jette dans la Veyre.

    Jusqu'en mars 2015, la commune faisait partie du canton de Saint-Amant-Tallende ; à la suite du redécoupage des cantons du département, la commune est rattachée au canton d'Orcines.

     

    La mairie

     

    Le château.

     

     

    Fontaine du XVI eme siècle.

     

    La porte des boucheries.

     

     

    Saint-Saturnin fut la résidence des barons de la Tour d'Auvergne, qui devinrent comtes d'Auvergne. C'est de cette famille dont est issue Catherine de Médicis, fille de Laurent II de Médicis et de Madeleine de la Tour d'Auvergne. Elle devint reine de France après son mariage avec Henri II.

     

     

    Madeleine de la Tour d'Auvergne.

    Mère de Catherine de Médicis.

     

    Eglise Notre dame de saint Saturnin.

     

     

     


    3 commentaires
  •  

    Sare est une commune française située dans le département des Pyrénées-Atlantiques en  région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, à la frontière avec l'Espagne. Elle est adossée à la chaîne pyrénéenne, qui forme autour du bassin occupé par le bourg un cirque ouvert vers l'est et le nord.

    La commune recèle un habitat ancien, dont certaines, parmi les 283 maisons recensées à la fin du xxe siècle, datent partiellement du xve siècle. L'architecture traditionnelle de ces édifices, leur décoration extérieure et leur orientation définissent l'archétype de la maison labourdine rurale tel qu'il existe dans l'imagerie populaire sous le vocable de « maison basque ».

     

     La maison Ihalare

    Sare possède un patrimoine naturel sauvage ou semi-sauvage, encadré par des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique, ou protégé par des réglementations nationales ou régionales.

     

    la mairie.

     

     

    La localité a accueilli des personnalités marquantes, soit issues du village, soit telles qu'Axular, considéré comme le premier prosateur de langue basque, ou bien Napoléon IIIou Édouard VII, attirés par les paysages et les grottes, ou par les démonstrations de pelote basque. La localité, qui a fait l'objet d'une étude approfondie de la part de José Miguel de Barandiarán, a, sous le nom d'Etchezar, également servi de modèle à Pierre Loti, pour figurer le village de Ramuntcho.

     

     le Zuhalmendi au Nord Ouest.

     

     


    votre commentaire
  •  

    Parfois nous allons passer une journée à Ciboure, près de saint Jean de Luz.

    Ciboure partage avec Saint-Jean-de-Luz la Baie de Socoa, sur le Golfe de Gascogne, les deux villes formant la même agglomération.
    L'entrée de la Baie de Socoa, encadrée par les phares de la Pointe Sainte-Barbe et de Socoa, était défendue par le Fort de Socoa, construit sous Louis XIII et remanié par Vauban.

     

    Fort de Socoa

     Sœur jumelle de Saint-Jean-de-Luz, Ciboure était à l’origine un quartier d’Urrugne. Au XVIIème siècle fut construit le Fort de Socoa par Vauban, pour protéger l’entrée du port des tentatives d’invasions espagnoles. Le bourg en profita pour devenir une commune à part entière.
     Asseyez-vous au bord de la "vieille fontaine" construite en 1676, avant d’aller découvrir le gardien de la cité, le fort de Socoa ; cette énorme tour circulaire abrite aujourd’hui… un centre nautique.

     

     

    Maison de Ravel

    C’est aujourd’hui un charmant port de pêche et de plaisance qui cache de superbes maisons dans ses rues sinueuses. Promenez-vous dans ses artères, le long de ses quais, peut-être entendrez-vous parmi le chant des mouettes, le murmure du "Boléro" deRavel, l’enfant du pays.

     

     

     

     
    Il faut faire une halte à l’église Saint Vincent, édifice du XVIème siècle, construit en "pagode" avec son clocher octogonal.
     

    La chaire de l'église.

     

    L'autel de l'église.

     

     


    votre commentaire
  • La propriété de Longwood est située sur une plaine exposée au vent à 6 km de Jamestown, la ville de l'île. Anciennement résidence d'été du Lieutenant-Gouverneur de l'île, elle fut réservée à l'usage de l'Empereur en 1815. Le gouvernement britannique reconnaissait qu'elle était inadéquate pour être la résidence de l'ancien empereur et son entourage, et au moment de sa mort venait de construire une nouvelle maison à proximité, New Longwood, mais que Napoléon n'occupa jamais.

     

     

     

    Quand la première pierre fut posée sous son nez en début octobre 1818, alors que son médecin lui avait été retiré et qu'il était encore souffrant, Napoléon jugea sans doute qu'il lui fallait de nouveau "entrer en campagne" contre les autorités anglaises, son adversaire de toujours. On lui construisait une maison à une centaine de pas de chez lui? Alors lui allait leur montrer qu'il comptait bien "s'enraciner" dans son vieux Longwood et que l'on ne l'en délogerait pas, sauf par la force. Comment faire? Occuper le plus possible son "territoire" et fixer les limites d'un espace privé le plus grand possible. De plus, en restant sur place, il fallait bien aussi trouver une solution au vent et à la chaleur. Ainsi commença ce qui fut peut-être "la dernière campagne" de Napoléon, celle où il partit à la conquête de son indépendance vis à vis de ses geôliers envahissants, en marquant son terrain de liberté par des jardins tout autour de sa misérable bâtisse infestée par les rats et les cousins. De surcroît, voyant bien que son état de santé se détériorait, et se trouvant sans médecin par la force des choses, Napoléon avait dû décider que cette entreprise au grand air l'aiderait à se rétablir. 

     

     

     

     le pavillon des Briards.

     

     

     

    Saint-Denis, le mameluk Ali, raconte:

    Depuis longtemps, il s'était abstenu de toute excursion au-delà de l'enclos de Longwood, pour ne pas donner sujet au Gouverneur de lui faire éprouver de nouvelles vexations. Pour compenser un peu ce défaut d'exercice extérieur, il jugea que le jardinage était ce qui convenait le mieux à son état de réclusion. Dès lors, il ne fut plus question que de jardins: tout le corps de bâtiment qu'il habité en fut entouré. Ce furent les modèles de fortifications qui lui donnèrent cette idée, et puis il voulait avoir sous la main des fruits, des légumes; il voulait avoir quelques allées ombragées; il voulait éloigner les sentinelles de ses fenêtres, etc. (source: Souvenirs sur l'Empereur Napoléon)

     

     

     

     

     

     Lors de l'arrivée de Napoléon Ier à Sainte-Hélène, celui-ci résidera les premières semaines dans cette maison. Le pavillon était alors la propriété de William Balcombe, qui deviendra le fournisseur de l'empereur et des autres exilés français lors de leur séjour sur l'île. De nombreux épisodes sont relatés sur le séjour de Napoléon auprès de cette famille, notamment dans les mémoires de la fille cadette, Betsy Balcombe, plutôt espiègle. Le séjour de Napoléon aux Briars, d'octobre à décembre 1815, a probablement été une des périodes les moins désagréables de sa captivité.

     

    L'emplacement de la tombe de l'Empereur Napoléon 1er.

     

     

     Le jardin a repris sa configuration que lui avait donnée Napoléon. En revanche les environs ont changé, principalement du fait que l'éradication des chèvres sauvages et des rats sur l'île ont permis à la végétation tropicale de reconquérir les terrains qu'elle avait perdus au xixe siècle.

    En 2012, des travaux de rénovation sont lancés, cofinancés par l’État français et une souscription auprès du grand public menée par la Fondation Napoléon

    Pour en savoir plus allez ICI

     

     


    votre commentaire
  •  

    Situé dans la petite ville de Woodstock à quelques kms d'Oxford, le chateau de style baroque anglais construit au début du XVIII eme siècle pour John Churchill, premier duc de Malborough, est implanté dans un parc paysagé de 800 hectares. Un immense lac bordé d'arbres enjambé par plusieurs ponts s'étend en contre bas.

     

     

     

    Après l'achèvement du palais, il est devenu la maison du Churchill, plus tard Spencer-Churchill, la famille pour les 300 prochaines années, et divers membres de la famille ont apporté des changements à l'intérieur, le parc et les jardins. A la fin du 19ème siècle, le palais a été sauvé de la ruine par des fonds tirés de la 9e duc de Marlborough de mariage ferroviaire héritière américaine Consuelo Vanderbilt . L'extérieur du palais reste en bon état.

     
    •  


    Plusieurs promenades ont été aménagées qui permettent de profiter des installations de Lancelot Brown, notamment la Grande Cascade dont les eaux  serpentent sous les ponts et parmi la végétation.

     

    Aménagé  vers 1760 par le célèbre jardinier Lancelot Capability Brown,  que compte le Royaume uni.dont on fête le tricentenaire cette année,  c'est l'un des plus beaux jardins à l'anglaise que compte le Royaume Uni.

     

    En longeant la rivière en direction du château, on traverse un arboretum et un jardin des roses...

     

    Le palais reste la propriété des ducs de Malborough, le dernier titulaire est Charles Spencer Churchill, 12è duc de Malborough.

     

    Le Grand Pont de Vanbrugh, a été mis en scène par L.Brown de façon à ce que le promeneur a l'impression de parcourir la campagne anglaise.

    Pour en savoir plus, allez ICI.

     

     

     

     

     


    votre commentaire